OTTAWA, 17 mai 2018 (GLOBE NEWSWIRE) -- Mobilisez votre matière grise pour tenter de comprendre la structure biologique la plus complexe et la plus fascinante qui soit grâce à une exposition spéciale à l’affiche au Musée canadien de la nature du 18 mai au 3 septembre 2018. Production du Musée américain d’histoire naturelle, Le cerveau vu de l’intérieur sera l’exposition vedette de cet été.

Fruit de millions d’années d’évolution, le cerveau humain fait appel à des signaux moléculaires, chimiques et électriques pour interpréter l’information, peser les décisions et apprendre à toutes les étapes de la vie. En faisant appel aux percées scientifiques du XXIe siècle, à des scintillogrammes saisissants du cerveau, à des présentations interactives pratiques et à l’imagination artistique, cette exposition captivante montre le fonctionnement du cerveau et propose au visiteur une nouvelle perspective qui modifiera la façon dont il se perçoit. Elle offre des réflexions approfondies et met en lumière la nature extraordinaire de cet organe, comme sa capacité étonnante à former de nouveaux réseaux à la suite de nouvelles expériences, de pertes de facultés ou de traumatismes. On y découvre aussi les technologies auxquelles ont recours les chercheurs pour étudier le cerveau et des maladies comme celles d’Alzheimer et de Parkinson.

« Nous sommes ravis de présenter cette exposition très remarquée du Musée américain d’histoire naturelle et de ses collaborateurs internationaux, déclare la présidente-directrice générale du Musée canadien de la nature Meg Beckel. Le cerveau humain est complexe et, bien que nous ayons beaucoup en commun avec tous les êtres conscients, nous demeurons une espèce à part. Cette exposition et les éléments connexes élaborés en collaboration avec notre commanditaire de contenu, l’Institut ontarien du cerveau, entraînent le visiteur à la découverte des méandres du cerveau. » 

Une section spéciale créée en collaboration avec l’Institut ontarien du cerveau renseignera le visiteur sur la santé et le bien-être du cerveau. En complément, se tiendra cet été une série de conférences intitulée Parlons cerveau ainsi qu’une fin de semaine d’activités spéciales, Foire du cerveau, les 9 et 10 juin. Le Musée se réjouit aussi du soutien de son partenaire, le Centre de documentation pour le sport.

« L’Institut ontarien du cerveau se réjouit de collaborer à un tel projet avec le Musée canadien de la nature. L’exposition Le cerveau vu de l’intérieur dévoile le fonctionnement complexe du cerveau humain, organe que nous tenons souvent pour acquis. Nous espérons que, grâce à ce partenariat, les gens seront plus attentifs à la santé et au bien-être de leur cerveau et qu’ils adopteront, dans leur vie de tous les jours, des pratiques bénéfiques fondées sur les faits », déclare Tom Mikkelsen, président et directeur scientifique de l’Institut ontarien du cerveau.

Le cerveau vu de l’intérieur fait appel à deux moyens inédits de présenter l’information scientifique : l’interprétation artistique et les présentations interactives. 

Faits saillants de l’exposition

  • Une installation de neurones en action dans laquelle on peut pénétrer, créée par Daniel Canogar. À l’aide de faisceaux lumineux projetés sur des fils recyclés, l’artiste espagnol représente la connectivité du cerveau et met en évidence ses impulsions électriques. 
  • Une deuxième installation de Canogar (une masse de filaments de cuivre et d’argent en forme d’entonnoir) illustre le rapide développement du cerveau humain in utero.
  • Une table-écran interactive où d’un geste, le visiteur peut voir comment les cellules du cerveau établissent des connexions et communiquent entre elles.
  • Un immense modèle lumineux (près de 2,5 m) du cerveau sous-cortical (qui comprend les aires apparues les premières au fil de l’évolution, comme le tronc cérébral et le cervelet) et du cortex illustre comment le cerveau traite le langage, la mémoire et la prise de décision. 
  • Des modèles impressionnants de neurones qu’un ordinateur allume simulent l’échange de messages par les neurotransmetteurs.
  • Un homoncule de 1,80 m, personnage bizarre avec de grandes mains et une bouche démesurée, illustre par sa forme les aires cérébrales plus ou moins étendues que sollicitent les signaux du toucher de différentes parties du corps (plus une partie du corps est sensible, plus la zone du cerveau qu’elle sollicite est étendue)
  • Les progrès du XXIe siècle, comme les appareils de stimulation cérébrale profonde, qui aident des dizaines de milliers de parkinsoniens. Les électrodes implantées dans le cerveau du malade stoppent les tremblements des membres de façon électronique.
  • Une comparaison entre le cerveau humain et celui d’autres animaux permet de suivre l’évolution de notre cerveau. 
  • Des jeux de mémoire, de concentration et de raisonnement.
  • Un jeu interactif de Braille qui permet au visiteur d’utiliser son sens du toucher pour lire.

Programmation

  • Des activités produites par l’Institut ontarien du cerveau viennent agrémenter cette exposition. Elles comprennent une aire de présentations et d’activités intitulée « Prendre soin de son cerveau » à l’intention des familles.
  • L’Institut et le Musée présentent aussi, au cours de l’été, une série de causeries publiques gratuites appelée « Parlons cerveau » (visitez nature.ca pour de plus amples renseignements).
    • 21 juin : Les cultures autochtones et leur lien à la terre
    • 5 juillet : Les commotions cérébrales chez l'enfant
    • 26 juillet : Vieux médicaments, nouvelles utilisations
    • 16 août : Les oestrogènes et le cerveau
  • La Foire du cerveau, 9 et 10 juin : Une fin de semaine consacrée à la recherche, à la neurotechnologie et à des activités interactives liées à la santé cérébrale, qui mettra en évidence la communauté des neurosciences de la région et de l’Ontario. À cela s’ajoute « Parole d’expert », une série de courtes allocutions prononcées par des spécialistes des neurosciences.

Une visite à L’exposition Le cerveau vu de l’intérieur coûte 10 $ en plus des droits d’entrée du Musée. La zone d’activités sur le thème du cerveau est comprise dans les droits d’entrée. Le Musée canadien de la nature se trouve au 240, rue McLeod, à Ottawa. Visitez nature.ca/cerveau. Suivez le Musée sur Twitter (@museedelanature), Instagram (museedelanature) et sur Facebook.com/muséecanadiendelanature.

Un mot sur le Musée canadien de la nature
Le Musée canadien de la nature est le musée national de sciences et d’histoire naturelles du Canada. Il procure des connaissances fondées sur des faits et des expériences enrichissantes. Il manifeste son indéfectible engagement à l’égard de la nature d’hier, d’aujourd’hui et de demain par la recherche scientifique, la conservation de quelque 10 millions et demi de spécimens, des programmes éducatifs, des expositions permanentes et itinérantes et son dynamique site Web, nature.ca.

Un mot sur l’Institut ontarien du cerveau
L’Institut ontarien du cerveau est un centre de recherche à but non lucratif financé par la province qui vise à maximiser les effets des neurosciences et de faire de l’Ontario un chef de file mondial en recherche, en commercialisation et en soins cérébraux. L’Institut tisse des partenariats convergents entre les chercheurs, les cliniciens, les entreprises du secteur privé, les patients et leurs défenseurs en vue favoriser la découverte et la fourniture de services et de produits novateurs susceptibles d’aider les personnes souffrant de troubles du cerveau. Visitez braininstitute.ca/fr/

Renseignements pour les médias :   
Dan Smythe
Relations avec les médias
Musée canadien de la nature
613-566-4781; 613-698-9253 (cell)
dsmythe@mus-nature.ca

Laura Sutin
Relations avec les médias
Musée canadien de la nature
613-698-7142 (cell)
lsutin@mus-nature.ca